Endométriose & Sexothérapie

Endométriose & Sexothérapie

L’endométriose nécessite la plupart du temps un traitement hormonal progestatif à haute dose qui bloque l’ovulation et la menstruation, pour faire baisser le taux d’oestrogènes.
Or, ces derniers étant les acteurs principaux du désir sexuel féminin et de l’excitation; s’ils sont diminués, les femmes expérimenteront forcément une baisse du désir et des difficultés lors de lubrification.
D’autre part, les conséquences de la chirurgie dépendront de son étendue. Si elle touche les ovaires, elle sera à l’origine d’une ménopause chirurgicale, avec tout le cortège de symptômes qui l’accompagnent (bouffées de chaleur, sécheresse vaginale, etc.).
Si elle touche d’autres organes non sexuels a priori comme le rectum, ses conséquences, notamment dans les cas de stomies, auront également des répercutions sur la sexualité (gêne, honte,etc.).
On verra donc souvent apparaître des troubles sexuels dits secondaires, comme des dyspareunies, des troubles de l’excitation et des troubles du désir.
Dans tous les cas, lorsqu’on touche à l’intégrité physique ou aux organes sexuels, c’est bien l’image du corps ainsi que la féminité de la patiente qui sont touchés, et qu’il va aussi falloir travailler en sexothérapie.
L’objectif de cet atelier est d’accompagner les femmes en «dédiabolisant» le sexe à travers l’endométriose.
Il sera question de créer un espace d’échange intimiste autour des problématiques rencontrées par les femmes et leur délivrer des astuces à pratiquer au quotidien pour développer l’estime de soi.